Accueil > Services > Citoyenneté > Rénovation urbaine

Rénovation urbaine

Le quartier Kerfrehour-Châtaigneraie se réinvente

Après 2 ans d'études, l'aventure urbaine et sociale se concrétise pour 5 années de concertation et de construction.

En discussion depuis 2006, le projet est porté par la Ville de Lanester et les bailleurs sociaux (Bretagne Sud Habitat, Espacil), avec le soutien de l'Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (ANRU) et de la Région. Le quartier se reconstruit autour de 3 axes :

  • L'habitat
  • Les commerces et services via un "pôle unique"
  • Le cadre de vie (patrimoine naturel à préserver)

Archives

"Adieu Gégé" ou la saudade du quartier -  18 février 2020
Un dialogue entre les murs inspiré des témoignages d’habitants du quartier collectés par le Conservatoire de Mémoire de Kerfréhour de septembre à décembre 2019.

Document présenté lors de la réunion publique du jeudi 5 décembre

Calendrier

  • 1er semestre 2020 : Démolition du bâtiment G
  • 2021-2022 : Démolition des bâtiments J et I
  • 2021-2023 : Réhabilitation des logements BSH
  • Fin 2022 : Livraison du Pôle Unique
  • 2022-2025 : Aménagements extérieurs
  • À partir de 2024 : Autres logements neufs

Habitat

  • 140 logements réhabilités
  • 100 logements démolis
  • Environ 100 nouveaux logements
  • 39 logements déjà réhabilités (Espacil / privés)

PÔLE UNIQUE

  • Un pôle santé : cabinets paramédical et médical
  • Des locaux publics et associatifs : Point Bleu, Maison de quartier, espace multiservices, crêperie solidaire
  • Des commerces
  • 14 logements

PATRIMOINE NATUREL À PRÉSERVER

  • Vieux talus et chemins creux
  • Arbres d’intérêt
  • Proximité du Blavet et du Parc du Plessis
  • Jardins partagés et paysages diversifiés
     

De la concertation, de l'expression, de la créativité !

Concertation

L’atelier citoyen de 2018 a pleinement aidé à définir le projet de renouvellement urbain. Alors que le projet se concrétise, la créativité et l’avis des habitants sont toujours autant essentiels. Trois ateliers de concertation seront bientôt mis en place autour de thématiques bien concrètes. 

Expression

Le Journal de la rénovation vous informera régulièrement sur les avancées du projet, les initiatives et activités. Vous avez des idées, des envies d’articles? Vous pouvez rejoindre le « comité de rédaction » pour proposer et choisir les sujets, participer à la rédaction et vivre de l’intérieur la construction du journal. Une déclinaison radio est également en projet avec l’association locale Radio Balises

Créativité

La Fondation de France a été contactée pour mettre en place un projet « Nouveaux commanditaires », programme qui permet à des citoyens de faire appel à un artiste pour répondre à une question en lien avec leur cadre de vie. Constatant la forte présence des chiens dans le quartier, a émergé l’idée d’inviter l’artiste Olivier Leroi à travailler avec les habitants et les équipes (architectes, paysagistes), pour penser les futurs aménagements également à partir du point de vue de ces fidèles amis. Poétiques, humoristiques et politiques, ses oeuvres aux multiples facettes (dessin, vidéo, sculpture…), découlent toujours d’échanges avec le milieu et des « êtres » rencontrés sur son terrain d’intervention.

Le collectif LARSCENE invite les habitants à créer une comédie musicale intergénérationnelle inspirée de leurs souvenirs et de leur vécu. Plusieurs ateliers ouverts à tous sont en cours : chants et musiques, scénique, vidéo, danse (de salon, hip hop…), décoration assuré par L’Art S’emporte. La représentation initialement prévue le 23 mai 2020 à QUAI 9 est reportée (d'ici la fin de l'année 2020 si possible !). Contact : 06 24 57 13 74

L’atelier « Hacke ta ville et ton quartier » animé par l’association Les petits débrouillards propose aux 10-14 ans d’utiliser leur smartphone pour faire de la cartographie participative et de la vidéo sur une application Internet afin d’identifier le patrimoine au sein du quartier. Le jeudi de 17h à 18h30 entre octobre et décembre 2019.  Contact : 06 04 77 41 57

La Maison du Projet

Situé aujourd’hui au rez-de-chaussée du bâtiment H, vous y trouverez toutes les informations sur le projet de rénovation urbaine du quartier. Au sein de cette maison, se trouve le Conservatoire de mémoire vivante du quartier. Chacun est invité à y déposer un ou des souvenirs de son choix (photos, écrits, objets, films, témoignages…). Une frise chronologique participative permet aux habitants de dater des évènements importants dans la vie du quartier et de leur vie personnelle. « Si la ferme pouvait parler », « si les jardins pouvaient parler »… les lieux sont autant d’entrée pour laisser libre court à votre mémoire.


La Maison du Projet est fermée jusqu'à nouvel ordre dans l'attente de nouvelles directives liées à la crise sanitaire

Partagez sur les réseaux sociaux :

    

 

 

Kerfrehour : étymologie


Le nom de lieu se compose en tête du mot Kêr, qui désigne un village, un lieu habité. Le second élément est un nom de personne. D'après les formes anciennes du toponyme, l'élément Frehour est un patronyme, dans une forme évoluée, de Frezour, patronyme attesté anciennement dans la partie méridionale de la Bretagne. Son origine est discutée. La partie finale parait bien être le suffixe -our, que l'on retrouve dans différents noms de familles issus de noms de métiers, comme Marc'hadour ("marchand"), Koadour, (Coadour, "bûcheron"), Treizhour (Trehour, "passeur")... L'activité en question dans le nom de personne qui nous occupe pourrait être celle de Frezour/Freuzour, dans le sens de démolisseur, briseur voire de herseur (quelqu'un qui travaillait avec une herse). On ne peut exclure toutefois la présence possible d'une forme réduite de Frouezhaour, qui désigne le fruitier ou le marchand de fruits (Frouezh = fruit). 

L'orthographe correcte de ce nom de lieu est Kerfrehour, sans accent, en effet. Il s'agit d'un nom de lieu de langue bretonne et, en breton, il n'y a pas d'accent aigu sur le -e. En français, par ailleurs, l'emploi de ce signe est relativement récent. On trouve mention de ce toponyme dans les archives à partir du XVe siècle et à cette époque, l'accent n'est pas emloyé en français. Et aujourd'hui encore, si l'on consulte les organismes ou supports qui mentionnent ce nom de lieu (Cadastre, INSEE, Plaque de rue, etc.), la forme qui prédomine est la bonne orthographe Kerfrehour. 

VOS SERVICES